Accueil > Cinema > FILM - PÉROU - Magallanes, de Salvador del Soller

FILM - PÉROU - Magallanes, de Salvador del Soller

Françoise Couedel

mardi 1er décembre 2015, mis en ligne par Françoise Couëdel

  • Pérou
  • Durée : 109 minutes.
  • Dates de sortie : 20 août 2015 (Pérou), 2016 (?, France).
  • Avec Damián Alcázar, Magaly Solier, Federico Luppi, Cristian Meier

Magallanes sillonne les rues de Lima avec son taxi. Le jour où il prend en charge une jeune femme, qu’il reconnaît dans le rétroviseur, son quotidien s’en trouve bouleversé. C’est Celina, la jeune Indienne quechua qui a été séquestrée par un colonel, maintenant à la retraite, que Magallanes a servi durant la lutte contre le Sentier lumineux et que, désormais, il promène chaque jour dans son taxi.

Celina a ouvert un modeste salon de coiffure à Lima et a des difficultés pour payer le loyer de son local. Magallanes, qui l’a retrouvée, va tenter de l’aider par tous les moyens, dans l’espoir de racheter certains de ses actes pour lesquels il éprouve des remords.

Celle-ci oppose un refus systématique à tout ce que Magallanes imagine pour l’aider, trop humiliée par ce qu’elle a subi, victime de discrimination au quotidien, se méfiant de Magallanes, non sans raison. Cette discrimination est flagrante lorsque, dans une déposition au commissariat sur les abominations passées, elle s’exprime en quechua, sa langue maternelle : les officiers de police ne la comprennent pas, le spectateur non plus, car le metteur en scène s’est gardé de sous-titrer ses paroles, mais on devine qu’elle exprime là, avec une rage et une dignité contenues, tout ce qu’elle a enfoui pendant des années, qui pèse lourdement sur son présent.

Le rythme du film est celui d’un thriller sur fond de réalité sociale. Il fait resurgir une période sanglante de l’histoire du Pérou. Il révèle aussi incidemment les inégalités de la société péruvienne, le mépris affiché à l’égard des Indiens, la volonté hypocrite de ne pas remuer un passé douloureux, les séquelles des traumatismes de la lutte contre le Sentier lumineux et l’impunité dont jouissent certains auteurs des atrocités passées.

Magallanes est le premier film réalisé par Salvador del Soller dont le scénario est l’adaptation d’une nouvelle d’Alonso Cueto (La Pasajera, 1950). Le réalisateur s’est appuyé, pour le personnage de Magallanes, sur la force d’interprétation de Damián Alcázar, acteur mexicain, maintes fois récompensé ; sur la sensibilité, dans le rôle de Celina, de Magaly Solier, actrice et chanteuse quechua, découverte dans Madeinusa (2006) et dans Fausta (La teta asustada)(2008) de Claudia Llosa. C’est le grand acteur argentin Federico Luppi, à la filmographie impressionnante, qui incarne le général retraité, atteint d’Alzheimer… à moins que ce ne soit d’une « amnésie volontaire ».

Le film a été sélectionné à San Sebastián dans la catégorie Cinéma en construction. Il a reçu le Prix du public et Magaly Solier le Prix d’interprétation féminine au 19e Festival de cinéma de Lima (2015).

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.