Accueil > Français > Livres, documents, revues, vidéos & audios > Lettres du Pôle Amérique latine > Année 2006 > Églises d’Amérique Latine et de France : richesse et beauté des (...)

Lettre du CEFAL n° 66 - septembre 2006 - éditorial

Églises d’Amérique Latine et de France : richesse et beauté des échanges

Philippe Kloeckner, secrétaire national

samedi 30 septembre 2006, mis en ligne par CEFAL

Notre Église se prépare à célébrer
le 50e anniversaire de la
publication de l’encyclique
« Fidei donum » qui a fortement
marqué l’histoire des relations entre
Églises, par l’échange de missionnaires,
spécialement entre l’Europe et
l’Amérique Latine. En mai 2007, les
évêques d’Amérique Latine se réuniront
dans le cadre de la 5e conférence
du CELAM à Aparecida au Brésil, en
présence de Benoît XVI. Dans le
contexte de cet anniversaire et de
cette prochaine assemblée, nous
avons souhaité recueillir quelques
fruits découlant des liens étroits qui
unissent nos Églises.

Dans un précédent éditorial, nous
avions présenté le rôle de tous ces
missionnaires français présents dans
tous les pays d’Amérique Latine et
des Caraïbes. Aujourd’hui, nous
aimerions évoquer les bénéfices,
pour notre Église de France, de l’expérience
de tous ces témoins qui un
jour sont partis au nom de leur diocèse,
de leur congrégation, de leur
institution ou de tout autre organisme
d’Église. Pas de nouveautés radicales,
mais un éclairage particulier
pour la vie de nos communautés en
France. Plus qu’un grand développement,
voici la présentation, cidessous,
d’éléments significatifs
venant d’Amérique Latine qui, à notre
avis, ont enrichi l’Église en France.

– La lecture de la Bible dans les
milieux populaires a marqué tout le
continent. Des méthodes diverses ont
aidé les plus petits à connaître et à
savourer la Parole de Dieu en faisant
le lien avec leur vie. Un nombre
impressionnant de « Bibles Latino-
Américaines »
ont été vendues ou
distribuées, favorisant ainsi une lecture
personnelle et communautaire.

– Ces fameuses communautés ! souvent
appelées « communautés ecclésiales
de base »
nous donnent une
belle image de l’Église, actualisant à
notre époque les
communautés de
l’Église primitive.
Dans notre pays,
nous trouvons des
équipes qui s’en
inspirent.

– La religiosité populaire
qui éblouit
tous ceux qui approchent
ce peuple latino.
Malgré quelques
réserves, nous sentons
que nous avons
à puiser à cette
source pour notre
Église.

– L’extrême qualité
de l’accueil, quelques
soient le moment et le nombre
de ceux qui se présentent ; peu
importe qui ils sont : il y a toujours un
cœur ouvert pour vous recevoir, pour
vous faire de la place et pour vous
faire participer à ce qui se vit et se
célèbre.

– Au cœur de la vie communautaire,
la fête trouve sa place de choix : oui
nos frères et sœurs latinos ont un
sens original et développé de la fête !

La place et le rôle de la femme,
favorisés par l’Église, donnent une
belle image de ce peuple.

– Le travail réalisé auprès des
enfants, omniprésents et en grappes
humaines, fait de cette Église une
Église vivante, jeune et enthousiaste.

– Les catéchistes et animateurs
de communautés
maintiennent la foi
et l’enrichissent. Ils animent la vie
ecclésiale dans des régions entières
là où les prêtres et les religieux
manquent.

– Les missionnaires ont toujours été
sensibles aux appels pour défendre
la dignité de l’homme, bafouée à
chaque instant dans toutes ses
dimensions. De cette expérience,
nous avons aussi beaucoup à
apprendre comme force de conviction
et de profond sens de l’humanité,
comprise d’après l’Évangile.

– Il est impossible de ne pas évoquer
ce courant extraordinaire que représente
le choix prioritaire des pauvres,
appelé encore « option préférentielle
pour les pauvres »,
choix de Dieu :
thème récurrent de l’Ancien et encore
plus du Nouveau Testament.

Cette expérience, portée par les missionnaires,
constitue une chance
dans ce courant de la mondialisation
car elle permet de connaître, d’apprécier,
de respecter tous ces peuples
qui deviennent soudain plus proches
grâce à ceux qui en témoignent.
Les pages suivantes, sur l’Argentine,
nous redirons la place d’honneur
réservée aux martyrs français outreatlantique
qui ont versé leur sang et
sont semence de vie là-bas et aussi
pour notre Église de France ainsi que
pour toute la population.

En rendant grâce à Dieu pour ce qui
est beau dans cette mission, demandons
lui de ne perdre aucune miette
de ce que nous pouvons considérer
comme un trésor de son Église.


Comité épiscopal France Amérique latine (CEFAL) - Lettre 66 - septembre 2006.

En cas de reproduction, mentionner au moins l’auteur, la source (Lettre du CEFAL) et l’adresse internet de l’article.

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.