Accueil > Français > Dial, revue mensuelle en ligne > Archives > Années 2010-2019 > Année 2014 > Mai 2014 > BRÉSIL - Note du Mouvement des sans terre (MST) relative à notre maître et (...)

DIAL 3284

BRÉSIL - Note du Mouvement des sans terre (MST) relative à notre maître et pasteur Tomás Balduino

mardi 20 mai 2014, mis en ligne par Dial

Don Tomás Balduino, OP, est décédé vendredi 2 mai 2014 à Goiânia, au Brésil à l’âge de 91 ans. Ordonné prêtre en 1948, il est consacré évêque du diocèse de Goiás, au centre du Brésil, en 1967. En 1998, il devient évêque émérite de Goiás. Cofondateur en 1972 du Conseil indianiste missionnaire (CIMI), qu’il présida entre 1980 et 1984, il joua aussi un rôle clé dans la création de la Commission pastorale de la terre (CPT) en 1975 avant d’en devenir le président entre 1999 et 2005. DIAL s’est fait souvent l’écho de ses prises de position et des luttes auxquelles il a participé [1].


3 mai 2014.

En mémoire de notre Maître et Pasteur Don Tomás Balduino

C’est avec regret et une grande tristesse que nous apprenons la mort hier soir de notre cher et vaillant lutteur Don Tomás Balduino.

Don Tomás faisait partie de ces êtres rares qui nous ont marqué par des qualités d’extrême simplicité et de générosité alliées à un immense courage, une cohérence et totale détermination dans la lutte au nom d’idéaux et d’engagements de vie.

Il a toujours accompagné les luttes des peuples indiens, noirs et travailleurs de la terre. Son sourire illuminait un visage toujours jovial, reflet de sa grande personnalité et de son engagement pastoral et politique radical qu’il n’a cessé d’exercer dans une des régions les plus violentes du Brésil, attaqué d’abord par les grands propriétaires terriens puis par l’agrobusiness.

Il a été l’un des plus ardents et résolus partisans de la lutte pour la réforme agraire. Il avait fait le choix d’être au côté du peuple, contre deux régimes militaires et les gouvernements qui ont suivi. Il était l’un des piliers les plus résolus à la création d’un ministère social proche de toutes les ethnies, les races et les sexes, victimes de l’irrationalité du capitalisme et d’une société élitiste et pleine de préjugés. Avec une lucidité et un discernement politique rares, il savait que les peuples en lutte devaient être les acteurs et protagonistes de leur propre histoire. Il n’aura jamais mesuré ses efforts déployés au service de la classe ouvrière, des paysans, des peuples indiens et noirs exploités pour les amener à créer leurs propres organisations et à conduire, autonomes, leurs luttes.

Nous, membres du MST, serons éternellement reconnaissants à Don Tomás de sa contribution et participation active apportées à la construction de notre organisation. Il n’a jamais manqué de nous manifester son encouragement et nous faire profiter de ses conseils. Chaque fois qu’il l’a jugé nécessaire, il n’a pas hésité à nous soumettre ses critiques ou son désaccord, toujours avec la hauteur et le recul de ceux qui savent écouter et sont capables de faire évoluer leurs points de vue et positions politiques.

Portant le nom de naissance de Paulo, il a fait les bons combats. Par ses choix de vie et la cohérence politique de ses actions au service des plus pauvres, il figure désormais au Panthéon de ceux que le poète Bertolt Brecht considère comme essentiels car ils ont fait le choix de la lutte pour toujours.

Nous avons perdu hier soir la personne physique de Don Tomás. Il nous a laissé un héritage qui nous encourage, nous et les générations suivantes, à engager nos vies et conduire des luttes au service de la construction d’une société plus juste, solidaire, démocratique et égalitaire, la véritable société socialiste.

Que vive Don Tomás.
Vivent les luttes des travailleurs de la terre, des peuples indiens et noirs.


- Dial – Diffusion de l’information sur l’Amérique latine – D 3284.
- Source (français) : texte reçu par courriel le 6 mai 2014.
 
En cas de reproduction, mentionner au moins l’auteur, la source (Dial - www.dial-infos.org) et l’adresse internet de l’article.

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteur-e-s. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

>> PDF Formato PDF