Accueil > Français > Dial, revue mensuelle en ligne > Archives > Années 2000-2009 > Année 2006 > Janvier 2006 > L’actualité en bref - décembre 2005

DIAL

L’actualité en bref - décembre 2005

Nicolas Pinet

dimanche 1er janvier 2006, mis en ligne par Dial, Nicolas Pinet

AMÉRIQUE LATINE

La Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) a présenté à la mi-décembre son rapport annuel sur la situation économique de la région. Le rapport prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) de la région de l’ordre de 4,1% pour l’année 2006, un peu moins que les 4,3% de l’année 2005. Après la récession de l’année 2002, durant laquelle le PIB avait chuté de 0,8%, l’économie a repris sa croissance, d’abord lentement (2% en 2003), puis plus fortement (5,9% en 2004) avant de se stabiliser à un peu plus de 4%. La croissance des économies latino-américaines est plus lente que celle de l’ensemble des pays en voie de développement (5,7% prévu pour 2006), dont le taux de croissance est fortement influencé par ceux des 2 pays les plus peuplés, l’Inde et la Chine. La croissance mondiale pour 2006 devrait être de 3,3%, et celle des pays développés de 2,5%.

MERCOSUR

Jeudi 8 décembre, les ministres des affaires étrangères des pays du Mercosur étaient réunis à Montevideo pour préparer le Sommet du bloc, prévu pour le lendemain. Ils ont approuvé la demande du Venezuela d’intégrer le bloc de pays - déjà constitué de l’Argentine, du Brésil, de l’Uruguay et du Paraguay - en tant que membre de plein droit. Le pays est donc désormais « membre de plein droit en cours de processus d’adhésion ». Une commission se réunira de mai à novembre 2006 pour discuter du calendrier des transformations requises pour que le Venezuela puisse faire partie du Mercosur. Dans l’intervalle, le pays participera à tous les organes consultatifs et de décision du bloc, mais sans droit de veto.

ARGENTINE

Fin novembre, le président argentin, Néstor Kirchner, a modifié la composition de son gouvernement. Le ministre de l’économie qui fut l’artisan de la récupération économique après la crise de fin 2001, Roberto Lavagna, a été remplacé par Felisa Miceli, qui était jusque là présidente de la Banque Nation, la principale banque publique. Une autre femme, Nilda Garré a été nommée ministre de la défense, prenant la suite de José Pampuro. Jorge Taiana et Juan Carlos Nadalich ont été nommés ministres des affaires étrangères et de l’action sociale, respectivement, à la place de Rafael Bielsa et Alicia Kirchner. Les changements ministériels interviennent un peu plus d’un mois après les élections législatives d’octobre, qui ont été une nette victoire pour le gouvernement. Certains des ministres ayant été élus députés, ils devaient être remplacés. La nomination de Felisa Miceli, moins connue que Lavagna et favorable à une politique économique d’amélioration de la répartition des revenus,