Accueil > Français > Amérique latine et Caraïbes > CUBA - L’arrivée de deux pétroliers à la raffinerie de Cienfuegos (...)

CUBA - L’arrivée de deux pétroliers à la raffinerie de Cienfuegos atténuera la crise du diesel

14ymedio

dimanche 19 novembre 2023, mis en ligne par Françoise Couëdel

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

14 novembre 2023 - Le déficit prévu pour le dimanche 12 était de 1 000 MW, même si au final il a été de presque de 700 MW, ce qui a supposé plus de quatre heures sans électricité dans quelques provinces.

Même les plus chanceux ne sont pas épargnés par les coupures d’électricité dans l’Île. Ce lundi Diplomarket, prévenait ses clients d’un déficit de 785 mégawatts (MG), à l’heure de pointe. Ce commerce cubain – connu sous le nom de Costco [1] depuis qu’un journaliste de CNN en a fait l’éloge sur les réseaux – a de bonnes relations avec le régime. Le message était : « Bonjour. Notre réseau électrique sera affecté durant environ trois heures. Veuillez excuser les ennuis que cela entraînera. Bonne journée et agréable lundi »

Le dimanche avait été annoncé pire encore, plus de 1 000 MW de déficit qui n’ont été finalement que de 685 MW. Les clients, qui avaient déjà supporté plus de quatre heures de panne en plein novembre, se sont plaints auprès de l’Union électrique de Cuba ainsi que de la presse officielle, dans un communiqué des plus succincts en pleine pénurie d’énergie.

Les protestations ont sans doute à l’origine des explications qui ont été données le lendemain. Le lundi, Cubadebate a publié un communiqué étonnamment détaillé qui donnait les répercussions point par point du déficit de combustible, particulièrement pour l’alimentation des téléphones mobiles. Le texte a suscité des doutes et des soupçons dans certains secteurs bien informés. C’est le cas de l’expert de l’Université du Texas, Jorge Piñón, qui a avoué sa stupeur devant le nombre des informations confuses.

« À qui s’adressent ces « informations détaillées » ? Quel est leur objectif ? Selon mon expertise de professionnel, on pouvait difficilement donner des informations plus compliquées et plus confuses », a déclaré cet expert.

Le communiqué certifiait que 76 centrales sont hors service faute de combustible, avec 944MW, mais on ignore qui collecte ces données et si cela se réfère, dit Piñón, aux unités thermoélectriques, les centrales flottantes turques [2], celles des groupes électrogènes ou celles de la totalité d’entre elles.

Le communiqué détaille ensuite « ces évaluations » : 75MW correspondent à la production de Melones, 52MW de celle de Regla, 113MW de celle de Moa et 98 MW de celle de Santiago de Cuba, où doit arriver ce mardi le combustible, selon le communiqué. Mais quelques parenthèses du texte font planer le doute, concrètement pour ce qui est de la CTE de Moa à Holguín, à propos de laquelle on explique que « des échantillons de combustibles ont été prélevés et transportés en avion jusqu’à La Havane, pour que soient effectuées des analyses physiques et chimiques.

« Le navire citerne Vilma est arrivé à Moa le11 novembre en provenance du port de José, au Venezuela, où il a chargé du fuel le 1er novembre », dit Piñón. « Serait-ce un produit de mauvaise qualité ? A-t-il été déchargé dans sa totalité dans les réservoirs de Moa avant que ses propriétés chimiques aient été contrôlées. Dans cette industrie on effectue toujours des analyses en laboratoire dans le port d’embarquement pour s’assurer que le produit répond à la qualité qu’exige le client », poursuit-il stupéfait.

Une des explications possibles quant à l’analyse du combustible de Moa, pourrait être l’infiltration d’eau dans les réservoirs, en raison des inondations qui ont touché Holguín en fin de semaine, ce qui aurait altéré le fuel, bien que n’ait pas été confirmé officiellement cet incident.

Les autorités ont ajouté qu’hier un train chargé de diesel en direction de Camaguey partait de Cienfuegos où est arrivé, le 11 novembre, le Petion, en provenance du port vénézuélien de José avec 380 000 barils de brut. Ce même mardi un autre bateau arrive, le Delsa, avec 370 000 barils de pétrole de bonne qualité (moyen/ léger) embarqués dans le port mexicain de Pajaritos. La raffinerie de Santiago a repris ses activités pour recevoir cette cargaison.

Selon les calculs de Piñón, ces « 750 000 barils donnent à la raffinerie de Cienfuegos du brut pour approximativement 30 jours, en tournant à la moitié de sa capacité opérationnelle (50 000 barils jour). Compte tenu de la moyenne nationale de production-rendement de diesel dans les raffineries cubaines de 25%, cela signifie une production estimée à 187 000 barils de diesel soit 6 200 par jour.

Au total, le Mexique a envoyé en octobre à l’île quelques 750 000 barils qui s’ajoutent aux 2, 8 millions qu’il a exporté de mars à septembre sans qu’il ait précisé s’il s’agit d’un don, d’une vente ou d’un échange. Alors que la compagnie pétrolière d’État, la Pemex, affirme qu’elle n’a jamais donné de combustible à Cuba, les autorités ont affirmé qu’elles étudient comment le lui vendre pour éviter les sanctions, ce qui laisse entendre qu’elle en a effectivement offert.

Alors que, depuis le Venezuela, on a reçu le mois dernier à peine 32 000 barils par jour, mais qu’au mois de septembre, au contraire, au cours des 8 dernières années ont été importés le chiffre record de 86 000 pbd.

Face à la confusion créée par le gouvernement lui-même, un expert consulté par 14ymedio a demandé à Néstor Pérez Franco, directeur général de la CUPET (Union Cuba Pétrole) de paraître à la télévision, pour expliquer à la population quelle est la situation réelle. « Il doit donner des informations concernant le niveau de production nationale d’hydrocarbures et les projets d’exploration, également les accords internationaux de fourniture de brut et de dérivés », a dit en substance l’expert, qui a exigé l’anonymat. « Il n’y a aucune information officielle sur ce sujet et il n’y en a pas non plus sur la situation des trois principales raffineries nationales qui ont été à l’arrêt un certain temps. Maintenant nous savons que celles de La Havane et de Cienfuegos sont à nouveau en activité, mais qu’en est-il de celle de Santiago de Cuba ?


Traduction française de Françoise Couëdel.

Source (espagnol) : https://www.14ymedio.com/cuba/petroleros-refineria-Cienfuegos-aliviara-Cuba_0_3642235743.html.

Les opinions exprimées dans les articles et les commentaires sont de la seule responsabilité de leurs auteurs ou autrices. Elles ne reflètent pas nécessairement celles des rédactions de Dial ou Alterinfos. Tout commentaire injurieux ou insultant sera supprimé sans préavis. AlterInfos est un média pluriel, avec une sensibilité de gauche. Il cherche à se faire l’écho de projets et de luttes émancipatrices. Les commentaires dont la perspective semble aller dans le sens contraire de cet objectif ne seront pas publiés ici, mais ils trouveront sûrement un autre espace pour le faire sur la toile.


[1Magasin-entrepôt accessible sur adhésion uniquement, vendant en gros alimentation et appareils électroniques.

[2Centrales thermoélectriques flottantes fournies par la Turquie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.